Terroirs De Bordeaux

Edition du 07/07/2015
 

CHATEAU DOYAC

Sommet

Château DOYAC

“Ma philosophie, précise Max de Pourtalès, est ne pas faire de vins trop boisés comme le monde entier sait le faire... mais, au contraire, d’obtenir des vins fins et élégants. Cela n’empêche pas d’avoir de la matière, mais il faut respecter l’équilibre et la fraîcheur, enfin tout ce qui caractérise les grands vins de Bordeaux...


À l’origine, je travaillais sur les marchés financiers en Allemagne, puis en France dans une banque privée, nous raconte Max de Pourtalès. Ma femme pensait épouser un banquier et trois mois après notre mariage, nous sommes venus vivre dans le bordelais. La banque allemande pour laquelle je travaillais fermait son agence à Paris, le mari de ma mère m’a proposé de venir travailler avec lui à Bordeaux. Dans la famille, nous avons toujours eu des caves et de belles bouteilles, je suis un vrai passionné, et n’ai pas hésité à 30 ans à quitter Paris pour apprendre le métier du vin et vivre à la campagne. J’ai donc fait mes premières armes au Château de Malleret où j’ai appris le métier, repris des études de viticulture pour parfaire ma formation. Nous avons acheté la propriété en 1992 car Château Doyac avait un très joli terroir argilo-calcaire, et c’est ce qui m’a plu d’emblée. Le vignoble compte 34 ha plantés (80% Merlot et 20% Cabernet-Sauvignon). Sur ce type de sol, le Merlot convient très bien. J’adore les vins de la Rive droite donc j’ai plutôt envie de faire un vin chaleureux plutôt qu’un Médoc trop fermé. Cela correspond à mon goût ! Je privilégie le fruit, la fraîcheur, un vin facile à boire assez jeune sans avoir à attendre 10 ans avant de l’apprécier. Nous avons entrepris de rénover les vignes et les bâtiments en construisant des chais parfaitement adaptés et suffisaient spacieux pour travailler dans les meilleures conditions. Nous avons des cuves inox thermorégulées, vinifions avec les conseils de Éric Boissenot, un super œnologue, avec qui je partage la même compréhension du vin. Nous menons le vignoble en lutte raisonnée avec des engrais bio.?Mon épouse Astrid travaille avec moi. Elle faisait du théâtre à New-York, adore vivre à la campagne, et nous ne sommes qu’à une heure de Bordeaux et tout près de la mer. Pour la qualité de vie et m’adonner à mes autres passions, le surf et le polo, c’est parfait. Nous poursuivons toujours notre politique d’amélioration de la qualité sur nos 30 ha. Nous avons construit un nouveau chai de 400 m2 qui accueille 360 barriques, opérationnel pour accueillir le 2011. Nous renouvelons les barriques tous les 3 ans afin d’avoir 75% du vin élevé en barriques et peut-être arriver à 100% de bois neuf en fonction des millésimes. Nous sélectionnons des barriques en chêne français avec des tonneliers attitrés, privilégions la chauffe moyenne car je n’aime pas trop les arômes torréfiés et toastés dans les vins, cela les dénature, j’essaye de préserver le fruit, le bois ne doit être qu’un agent révélateur d’arômes. Avec Éric Boissenot, nous sommes sur la même longueur d’onde, œuvrons de concert, pour la qualité. Nous sommes très attachés à tout ce qui caractérise les vins de Bordeaux par rapport au monde entier. Mon terroir donne une typicité que l’on ne retrouve que dans le Médoc et c’est ce qui en fait le charme : ces sols calcaires et un encépagement bien adapté, 70% Merlot et 30% Cabernets, donnent des vins très concentrés et assez souples, très charmeurs, aux arômes de fruits persistants. Le 2010 est sans doute le millésime que j’ai le mieux réussi depuis le début de mon installation. Aussi bien en concentration, qu’en structure, en fraîcheur et en finesse. Le 2010, qui a bénéficié d’un élevage de 30% en barriques neuves, présente une couleur très foncée, encore plus soutenue que le 2009. La trame des tanins est très serrée. Nous avons battu des records d’IPT (indices de polyphénols totaux), de 85 pour des Merlots, ce qui est rare. La très belle vendange était homogène aussi bien pour le Merlot que le Cabernet-Sauvignon. Nous avons commencé les vendanges le 5 octobre pour les terminer le 20. Les rendements étaient plus faibles qu’en 2009. Les deux millésimes étant assez similaires, ce qui les différencie, c’est une plus grande acidité dans le 2010. Les rendements sont un peu plus faibles, les baies étaient petites donc nous avons obtenu un rapport peau-jus très faible. Nous avons récolté de tous petits raisins avec des peaux épaisses, nous n’avons fait aucune saignée en cuves, c’était parfait. Beaucoup de matière donne un vin volumineux en bouche, de très belle garde. Le 2010 est vraiment un vin extraordinaire, et le 2011, est dans la même lignée, ce qui est très encourageant. Notre terroir s’exprime de mieux en mieux chaque année. Depuis que nous avons repris en 1998, nous avons dû replanter en plus grande densité à l’hectare et nous choisissons les meilleurs porte-greffes. L’âge moyen du vignoble est de 18 ans et chaque année nous améliorons la qualité des vins grâce à cela. En 2011, nous avons attendu fin septembre pour vendanger à parfaite maturité et cela a été un élément clé. Nous avons réussi à maîtriser la vigueur de la plante, grâce à un travail en amont. Les raisins étaient d’un état sanitaire parfait, bien mûrs. Le 2011 est l’année du Cabernet-Sauvignon, les raisins magnifiques apportent de la structure au vin qui a une belle couleur, et se rapproche du 2010, mais avec un degré d’alcool moins important. En 2010, nous étions à 14,5°, en 2011 nous obtenons 13,5°, ce qui est plus équilibré et classique pour un vin du Médoc. Le 2011 est un millésime idéal en restauration, agréable à déguster dans sa jeunesse, avant le 2010. Pour moi, l’élevage représente 50% de la réussite du vin. Nous prenons les meilleures cuves pour élaborer Château Doyac élevé 12 mois en barriques. Esprit de Doyac, le deuxième vin est très charmeur avec 100% de Merlot. Il est élevé en cuves, un peu moins structuré, plus gourmand, plus rapide à boire, d’un excellent rapport qualité-prix. Je poursuis ma démarche qualitative. Nous avons fait énormément de travaux au niveau de la vigne et récoltons les fruits de nos efforts, le vin devient meilleur millésime après millésime, c’est un challenge particulièrement gratifiant pour nous.”

   

CHATEAU DOYAC

Max et Astrid de Pourtalès

33180 Saint-Seurin-de-Cadourne
Téléphone : 05 56 59 34 49
Télécopie : 05 56 59 74 82
Email : chateau.doyac@wanadoo.fr





> Le palmares des vins


CLASSEMENT SAINT-EMILION
e_saint-emilion.jpg
LES MEILLEURS RAPPORTS QUALITE-PRIX-TYPICITE DE L'ANNEE

Les Classements du site sont réactualisés en permanence dans l'année en fonction des dernières dégustations (derniers ou anciens millésimes, coups de cœur, déceptions...) et peuvent donc être différents de ceux du Guide "papier", qui ne peut être remis à jour avant la prochaine édition

Accédez directement aux commentaires de dégustation en cliquant sur le nom

PREMIERS GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A
Priorité à la puissance
CHEVAL BLANC (Hors Classe)
TROTTEVIEILLE
HAUT-SARPE
LAROQUE
PIGANEAU
LA TOUR DU PIN FIGEAC
CATEGORIE B
Priorité à l'élégance
BÉLAIR
BALESTARD-LA-TONNELLE
CANTENAC
FONROQUE
MAUVINON
LA MARZELLE
CLOS DES MENUTS
CLOS TRIMOULET



DEUXIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A
Priorité à la puissance
(Clos FOURTET*)
FRANC-LARTIGUE
GROS CAILLOU
GUILLEMIN-LA-GAFFELIÉRE
CLOS DES PRINCE
LA ROSE POURRET
VIEUX-POURRET
PETIT MANGOT
(GRAND-CORBIN-DESPAGNE)
DARIUS
VIEUX-RIVALLON
CATEGORIE B
Priorité à l'élégance
FRANC-POURRET
LA GRÂCE-DIEU LES MENUTS
TOUR GRAND FAURIE
CADET-BON*
CLOS DE SARPE
CLOS LABARDE
ORISSE DU CASSE
GRACE FONRAZADE
ROCHEBELLE
CROIX MEUNIER
ROCHER
ADAUGUSTA*
DE LA COUR
LE DESTRIER



TROISIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A
Priorité à la puissance
CROIX DE BERTINAT
(GUADET)
(CROIX D'ARMENS*)
LA FLEUR PICON
GUEYROT
HAUT-ROCHER
TOUR SAINT-PIERRE
(GRAND CORBIN MANUEL)
BÉARD-LA-CHAPELLE
BEAURANG
(FONPLEGLADE)
LA GRACE-DIEU
CATEGORIE B
Priorité à l'élégance
PINDEFLEURS
(ROL VALENTIN)
BEAULIEU-CARDINAL*
LA GRAVE-FIGEAC
FRANC-GRACE-DIEU
LAUDES
HAUTES-GRAVES-D'ARTHUS*
LA GARELLE
MANGOT

IMPORTANT : pour mieux comprendre les Classements

> Nos coups de cœur de la semaine

Château LAGRANGE Les TOURS


Un domaine de 22 ha de vignes plantées d'un seul tenant, dans un ensemble de 38 ha. Le terroir argilo-calcaire bénéficie d'une belle exposition. L'encépagement est constitué de 65% de Merlot, 25% de Cabernet-Sauvignon et 10% de Cabernet franc. Beau Bordeaux Supérieur Château La Croix Saint-Benoît 2010, charnu, aux tanins fermes et soyeux à la fois, d’une jolie concentration, aux notes de groseille, d’humus, généreux, de couleur pourpre, de bouche classique comme le 2009, corsé et gras, associant structure et élégance, parfumé (mûre, cannelle), de très jolie charpente, de couleur pourpre et de fort bonne évolution. Le Bordeaux Supérieur 2010, puissant, avec des notes de groseille et de cannelle, aux tanins mûrs. Charmeur Bordeaux Clairet Rosé l’Idée Claire, souple, frais, puissant au palais, sec et suave à la fois, tout en séduction.

Michel et Pierre Choquet
30, rue de Bernescut
33240 Cubzac-Les-Ponts
Téléphone :05 57 43 04 96
Télécopie :05 57 43 04 96
Email : vignobles.choquet@wanadoo.fr
Site personnel : www.chateau-lagrange-les-tours.fr

Château La CROIX MEUNIER


Cette propriété familiale, exploitée par la Scea Meunier et Fils depuis 1988, appartient aujourd’hui au Gfa Meunier. C’est la 5e génération qui dirige le domaine. Les premières parcelles de ce petit vignoble ont été acquises vers 1840, et sont situées sur des sables anciens à l’ouest du village de Saint-Émilion, à proximité du Château Figeac et du Château Cheval Blanc. Les vendanges se font manuellement, après avoir déterminé la date de récolte par analyses et dégustation des baies. Les raisins sont transportés au cuvier dans des bastes, puis sont égrappés, triés et foulés pour être ensuite acheminés dans des petites cuves pour la fermentation. “En 2014, nous avons fait une belle vendange saine, sur trois jours, nous raconte Sandrine Meunier, qui, au final, nous donne un vin très complexe, avec de la matière, une belle couleur, sur le fruit (fruits rouges, cassis) comme nous savons le faire au Château. Sa belle acidité me permet de dire que se sera un millésime de garde.” Coup de cœur pour le Saint-Émilion GC cuvée Georges Meunier 2012, tout en arômes, gras, au nez intense et complexe, corsé et charpenté, avec des arômes de framboise et de mûre, de très bonne garde. Savoureux 2011, avec cette touche de fumé caractéristique, ample et très équilibré, où se retrouve une belle subtilité d’arômes dominée par la griotte et la mûre, d’une grande harmonie en bouche, tout en finesse. Le 2010, de couleur soutenue, aux notes de cassis mûr, d’épices et de fumé, très bien élevé, riche et savoureux, bien marqué par son terroir, prometteur. Beau 2009, de robe pourpre foncé, est superbe, aux notes de truffe, d’une grande harmonie, parfumé, séveux, généreux, de garde.

Scea Meunier & Fils
N° 7 Montlabert
33330 Saint-Émilion
Téléphone :05 57 24 72 54 et 06 88 15 26 19
Télécopie :05 57 24 72 54
Email : sand.pierre.meunier@orange.fr

Château GUILLEMIN LA GAFFELIÈRE


Vignoble sur sol et sous-sol argilo-calcaire (62% Merlot noir, 25% Cabernet franc, 10% Cabernet-Sauvignon et 3% Malbec), avec une moyenne d’âge des vignes de 30 ans (labour des sols, vendanges manuelles triées, élevage en barriques...). Très réussi, ce Saint-Émilion GC 2012, de robe brillante et soutenue, aux senteurs de fruits rouges cuits, avec une bouche riche qui dévoile des tanins fondus mais bien présents, d'une belle longueur. Le 2011 poursuit une jolie évolution, complexe, harmonieux, aux connotations fruitées et épicées, aux tanins mûrs et riches, classique, élégant, avec de la matière, de belle couleur soutenue, de bouche chaleureuse. Le 2010 mêle concentration aromatique, rondeur des tanins et persistance en bouche, aux notes de cuir et de fruits confits, de belle charpente. Le 2009, corsé, est ample et flatteur, tout en bouche, fin et charnu à la fois, avec des senteurs de violette, groseille et d’épices que l’on retrouve au palais, un vin structuré, charmeur.

Sylvie Courreaud-Fompérier
La Gaffelière
33330 Saint-Émilion
Téléphone :05 57 74 46 92
Télécopie :05 57 74 49 16
Email : lecellierdesgourmets@wanadoo.fr

CHATEAU MACQUIN


Le Château Macquin s'étend sur une superficie de 30 hectares plantés à 80 % de Merlots, 10% de Cabernets-sauvignon et 10 % de Cabernets-francs. Ses sols sont argilo-calcaires et son terroir remarquable par son exposition et sa composition lui permettent de produire des vins souvent plus estimés que beaucoup de grands crus de Saint-Emilion. Le vignoble compte 5500 pieds de vignes à l'hectare dont l'âge moyen varie de 15 à 60 ans. Il est enherbé au milieu du rang pour diminuer la production et augmenter la qualité des sols en développant l'humus naturel. Le cuvier qui date de 1885 a été entièrement réaménagé dans les années 80. Tout en conservant les cuves en chêne, doublées d'inox, Denis Corre-Macquin a fait construire une cuverie moitié acier inoxydable, moitié béton. Les températures de fermentation sont contrôlées par un système de thermorégulation automatisée et la vinification surveillée par deux oenologues réputés. Denis Corre-Macquin accorde un intérêt tout particulier à la culture de la vigne; un intérêt écologique et constant qui est le premier et indispensable maillon, à ses yeux, pour l'élaboration d'un grand cru. Aujourd'hui,on oublie trop souvent que l'excellence d'un vin commence avec une vigne saine et épanouie. Afin d'améliorer encore la qualité de notre production, les vendanges s'effectuent à la machine depuis 1980. Car en choisissant précisément la date de début des vendanges de chaque parcelle et en adaptant le ramassage à la pluviométrie, le raisin arrive au cuvier le plus rapidement possible, dans un état parfait de maturité. Il est ensuite trié sur deux tables de tri avant d'être mis en cuve. Après une longue macération, le vin est écoulé et mis en cuve puis en barriques. Le chai abrite 246 barriques de chêne remplacées par tiers tous les ans. Le vin repose de douze à dix huit mois en barriques avant d'être mis en bouteilles où il attendra au moins dix ans pour être dégusté à son apogée.

Denis Corre-Macquin

33570 Montagne
Téléphone :05 57 74 64 66
Télécopie :05 57 74 55 47
Email : chateaumacquin@vinsdusiecle.com
Site : chateaumacquin
Site personnel : www.chateau-macquin.com


> Nos dégustations de la semaine

Château de PASQUETTE


Les propriétaires du Château de la Paleine (voir Anjou-Saumur) sont tombés sous le charme de cette propriété, déjà mentionnée en 1762 sur la carte de Belleyme. Le vignoble de 3 ha, situé au pied du coteau sud de Saint-Émilion, bénéficie d’un ensoleillement idéal. Terres légères sur fond argileux, faibles rendements.
“Les vignes ont 35 ans de moyenne d’âge, nous raconte Marc Vincent, l’encépagement est à forte dominante de Merlot 80%, 10% de Cabernet franc et 10% de Cabernet-Sauvignon). J’ai l’intention d’ailleurs de diminuer les plants de Cabernets-Sauvignons au profit du Merlot. Nous avons effectué notre première vendange en 2010 et le vin est vraiment superbe. Nous sommes en conversion Bio, tout comme au Domaine de la Paleine, où nous entamons avec succès notre quatrième année de conversion. J’ai un objectif de qualité très fort, les rendements sont limités, les tris sélectifs, je souhaite aussi positionner le vin dans un excellent rapport qualité-prix, raisonnable, environ 15 €. Je souhaite qu’il plaise au consommateur et qu’il ait envie d’en racheter. Le 2011 est un millésime gâté par la nature, les raisins étaient superbes notre tri optique nous a permis véritablement de sélectionner le meilleur. Le résultat est formidable, le vin est charnu, velouté, avec de la concentration, beaucoup de soyeux, très rond, le Merlot s’est formidablement exprimé. C’est un vin qui, carafé, peut être rapidement mis sur les tables, agréable aussi dans sa jeunesse, mais aussi un vin de garde, il en a le potentiel (10 ans) !”
Le Saint-Émilion GC 2011, très bien équilibré, est de belle ampleur, d'une jolie structure tannique, au goût de mûre et de fumé, de bouche flatteuse. Beau 2010, mêlant puissance et distinction, charnu mais fin, subtile alliance des fruits cuits et d’épices, de jolie bouche avec des nuances de cerise et de truffe.
Laurence et Marc Vincent
Lieu-dit Pasquette
33330 Saint-Sulpice-de-Faleyrens
Tél. : 06 87 03 37 26
Email : chateaudepasquette@hotmail.fr

Voir son classement dans le Guide des Vins
Accorder ce vin avec le plat idéal dans IdéeVins

Château d'ESTEAU


Depuis près de trente ans, Serge Playa a entrepris son œuvre : restaurer une ancienne propriété déjà connue au XVIIe siècle et lui redonner son lustre passé. En effet, le Château d’Esteau existait déjà lorsque Belleyme, géographe du Roi, traça la première carte du Médoc en 1766. Depuis, les successions, l’urbanisation et, hélas les crises viticoles ont réduit sa superficie mais l’essentiel demeure : 4 ha d’un terroir où la grave garonnaise prédomine, regroupés autour des bâtiments ce qui confère aux vins une typicité unique. La plantation, d’une densité élevée, fait la part belle au Cabernet-Sauvignon. On a banni les désherbants. Tous les travaux du sol sont mécaniques. Les vendanges sont évidemment manuelles ce qui garantit un tri impitoyable des meilleures grappes. La vinification se fait de manière traditionnelle, avec une cuvaison longue qui assure l’extraction des arômes, et l’élevage est effectué pendant 22 mois en moyenne, en barriques de chêne fin de l’Allier renouvelées à raison de 30% par an. La mise en bouteilles, toujours au Château, a lieu en général pendant l’été qui suit cette période et les vins reposent encore un an en bouteilles avant d’être prêts à la commercialisation.
Depuis 2009, le Château d’Esteau produit un Second Vin, la cuvée 7 & +, issu principalement de ses jeunes vignes, et dans lequel le Cabernet-Sauvignon et le boisé sont moins marqués. Il en résulte un vrai vin-plaisir, très apprécié dans les brasseries parisiennes où il est représenté, mais aussi dans les pays nouveaux consommateurs de vin.
Excitez donc vos papilles avec ce Haut-Médoc 2011, complexe, aux tanins fermes et soyeux à la fois, un vin qui mêle concentration aromatique et souplesse, aux arômes d'épices et de griotte, avec, en bouche, des nuances de fruits confits et de sous-bois. “Ce 2011 (65% Cabernet-Sauvignon, 30% Merlot, 5% Cabernet franc) a une robe d’intensité moyenne, nous dit Serge Playa, un vin aux notes fruitées et fumées au nez, attaque souple, volume en bouche, une structure correcte, un vin bien équilibré.”
Le 2010 est remarquable, de belle robe pourpre soutenu, aux notes de framboise et de cannelle, d’une grande harmonie, très parfumé, séveux, généreux et persistant, à prévoir sur une cassolette de ris et rognons de veau à la moutarde, par exemple. Beau 2009, d’un grand classicisme, de couleur pourpre, bien corsé mais très fin, avec ces notes de mûre et de cassis, qui mêle finesse et charpente (10 € environ). Le 2008, un vin de belle teinte foncée, est parfumé (cassis), où la souplesse prédomine, aux tanins fondus mais bien présents, classique de ce millésime, de garde, bien entendu. Le 2006, charnu, avec des arômes de sous-bois et de groseille, est riche et persistant en bouche, gras, aux tanins mûrs, de couleur profonde, mêlant structure et élégance, de bonne garde. Remarquable rapport qualité-prix-plaisir. 

Serge Playa

Château de BRAGUE


Depuis trois générations, la même famille veille jalousement au soin des vignes et à l'élaboration du vin du Château de Brague. Le grand-père, Maurice Trève, inventeur industriel dans le matériel ferroviaire a acquis la propriété en 1936, y consacrant tous ses loisirs. Son gendre, Jacques Galland, ingénieur agronome et industriel dans la fonderie, puis sa fille Hélène ont continué son oeuvre, modernisant et adaptant les techniques aux évolutions de la viticulture et de l'oenologie. Ses petites-filles, Noèle, architecte, et Cécile, costumière, poursuivent le travail entrepris.
J'ai apprécié le Bordeaux Supérieur cuvée de l'Étoile 2007, riche en couleur, charnu, avec ces notes de cassis, de sous-bois et de réglisse, un vin de charpente souple et très structurée. Dans la lignée, le Bordeaux Supérieur Plantier de la Reine 2007, velouté, aux tanins puissants et souples à la fois, un vin de belle couleur pourpre, bien charpenté, ample, de très bonne évolution. Le Bordeaux Supérieur 2010, coloré, aux tanins bien présents, soyeux, un vin ferme et très équilibré, tout en bouche. Séduisant Bordeaux blanc 2011, sec et souple à la fois, au nez complexe et puissant (acacia, fougère, pomme), de bouche ample. Aucune hésitation.
Noèle Galland

> Les précédentes éditions

Edition du 30/06/2015
Edition du 23/06/2015
Edition du 16/06/2015
Edition du 09/06/2015
Edition du 02/06/2015
Edition du 26/05/2015
Edition du 19/05/2015
Edition du 12/05/2015
Edition du 05/05/2015
Edition du 28/04/2015
Edition du 21/04/2015
Edition du 14/04/2015
Edition du 07/04/2015
Edition du 31/03/2015
Edition du 24/03/2015
Edition du 17/03/2015
Edition du 10/03/2015
Edition du 03/03/2015
Edition du 24/02/2015
Edition du 20/02/2015

 



Château CHENE-VIEUX


Château TROTTE VIEILLE


Château HAUT-MACÔ


Château LAFON


Château de CRAIN


Château des BROUSTERAS


Château de PIOTE


Clos JEAN


Badie, L'Intendant...


Château LAROQUE


Château BRAN de COMPOSTELLE


Château Les GRAVES


Château ROUGEMONT


Clos BELLEVUE


Château LAFLEUR du ROY


Château les MOINES


Château HAUT-CALENS


Château HAUT-LAGRANGE


Château BOIS CARRÉ


Clos RENÉ


Château FONTESTEAU



LA BASTIDE BLANCHE


CHATEAU VALGUY


DOMAINE DE LA RENAUDIE


CHATEAU DE BEAUREGARD


DOMAINE LAFRAN-VEYROLLES


DOMAINE DE GRANDMAISON EARL


CHÂTEAU FILLON


CHAMPAGNE ANDRE DELAUNOIS


DOMAINE LES TERRES DE MALLYCE


CHARLES SCHLERET


CHATEAU FABAS



 

 

© SARL MALTA. Reproduction interdite - Mentions légales